Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOUTENEZ NOTRE ACTION : abonnez-vous, adhérez à notre association CACO

Recherche

26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 19:58
CHÂTEAU D'OLONNE : conseil municipal du 27 mai 2015

ÉTRANGE CONSEIL MUNICIPAL...heureusement que les gens du voyage ont été invités au débat

 

Le menu était léger : on ne parlera pas de choses importantes. Il ne sera pas question de fusion, de lotissements, d'aménagements de la voirie, d'école, ...

La vie municipale est étriquée à Château d'Olonne pour ce printemps 2015 : elle l'est tellement que les rangs des conseillers municipaux s'éclaircissent. Il n'y avait que 24 présents sur les 33 élus.

Nous vivons une époque étrange : l'avenir du Pays des Olonnes se joue, l'isolement de la commune de Château d'Olonne risque de devenir une triste réalité et pourtant tout se passe comme si les élus n'avaient cure de préparer l'avenir, d'informer les citoyens, de les préparer à vivre en autarcie.

On pouvait attendre une explication du maire sur sa position sur la fusion. Rien.

À Château d'Olonne, l'avenir se prépare-t-il demain ?

Sur les 9 points de l'ordre de jour bâclé en 45 minutes nous n'en aborderons qu'un

 

En effet, les 4 premiers étaient de la compétence de l'adjointe au maire Madame Isabelle DOAT dont le souffle de voix ne dépasse pas le mètre. Comme les personnes présentes n'ont pas de dossier il leur fut impossible de recueillir la moindre information. Cette situation a déjà été abordée publiquement sans que le moindre remède y fût apporté. C'est un manque total de respect vis-à-vis des personnes qui se sont déplacées...comme il est dit sur le site de la mairie : les séances du conseil municipal sont publiques mais on fait le nécessaire pour dégoûter les gens d'y assister ! Ainsi va la démocratie locale !

 

LES GENS DU VOYAGE : le maire ne décide pas de prendre les mesures légales imposées aux communes d'accueil

 

Cet été 2015 il échoit à Château d'Olonne l'honneur et la charge d'accueillir les gens du voyage pour ce qu'on nomme les "grands rassemblements" . A chacun son tour avec Olonne-sur-Mer, les Sables d'Olonne n'ayant pas de terrains appropriés sont exempts de ce tour de rôle.

L'opposition droitière a posé 5 bonnes questions : sur le site et sa viabilisation, les branchements, la police du site, la salubrité et bien sûr sur le traitement du stationnement illicite en dehors des aires dédiées aux grands rassemblements "agréés" par la Préfecture.

Il y a une législation développée sur la base de la loi BESSON qui est équitable : devoirs des collectivités et devoirs des gens du voyage sont équilibrés.

Les préfets sont dotés de pouvoirs exceptionnels pour faire respecter la loi...à condition que la commune d'accueil ait respecté ses obligations.

Et c'est là où les questions pertinentes de l'opposition n'ont pas reçu les réponses attendues :

- le terrain proposé risque d'être impraticable,

- les mesures sanitaires sont insuffisantes,

- et plus troublant le maire ne sait pas si l'arrêté municipal interdisant le stationnement aux caravanes en dehors des aires de stationnement réservées a été pris ...nous savons qu'il en existe un pris dans la passé mais est-il encore de mise en 2015 ? En effet le 24 juin 2013 Jean-Yves BURNAUD dans un communiqué a écrit : "Et, pour ma part, j’ai pris un arrêté d’interdiction de stationnement en dehors du terrain spécialement préparé pour les grands passages"

Le maire n'a pas fait part de sa décision de prendre ou non cet arrêté et cela est grave : pas d'arrêté pas de moyens juridiques pour une exécution forcée des décisions d'expulsion ou de saisie de certains véhicules.

Madame MICHENAUD professionnellement comme avocate est intervenue dans ce type dossier. Elle prône la négociation. Il nous semble qu'elle eût été plus inspirée comme auxiliaire de la Justice de chercher les mesures qui existent en revisitant les textes et en conseillant le maire sur les mesures à prendre pour faire respecter la loi et la protection des biens et des personnes : arrêté municipal et mise en conformité avec les textes des prestations demandées aux maires.

Si le maire ne prend pas les mesures nécessaires pour se mettre en conformité avec les textes les gens du voyage auront toute liberté de s'installer là où cela leur sied le mieux.

La leçon de 2013 n'aura servi à rien.

Il y a donc eu dans ce débat pour cette délibération beaucoup d'approximations dans l'approche de ce dossier. C'est un manque de sérieux inquiétant pour ce qui nous attend avec les prochaines premières arrivées de grands rassemblements temporaires de gens du voyage.

Nous espérons que l'alerte que nous lançons et la réflexion que les élus doivent avoir permettra de prendre d'urgence les bonnes décisions.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires