Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 08:37
CONSEIL COMMUNAUTAIRE HISTORIQUE AU PAYS D'OLONNE OU PÉTARD MOUILLÉ ?

Ce jeudi 12 février 2015 il y a eu deux, voire trois conseils communautaires en un : 

1) Le conseil communautaire où fut développé le Débat d'Orientation Budgétaire, DOB,

2) celui qui a permis d'exécuter les affaires courantes,

3) in fine, la présentation et le débat sur le Schéma de Mutualisation.

 

COTÉ AMBIANCE

 

Le Conseil Communautaire a été précédé d'une brève session plénière (hors public et presse)  donc confidentielle.

Nombre impressionnant d'élus présents : nous en avons compté 34 présents sur un effectif de  37 et ce malgré cette période de vacances. A noter l'absence, ici, comme à Château d'Olonne, de la nouvelle sénatrice Annick BILLON : cumul des mandats oblige.

Côté public : la lassitude gagne-elle la petite vingtaine de citoyens qui venait habituellement assister aux débats ? Les vacances ?

Une présentation des dossiers qui ne permet pas au public de suivre  ? Si la CCO veut continuer démocratiquement il y aurait peut-être lieu de rendre les séances communautaires plus attractives (surtout les séances budgétaires où même les élus décrochent).

Balai étrange : pour des raisons personnelles ou stratégiques, on ne sait, on a vu la salle se vider. Le maire des Sables d'Olonne puis les 3 membres de l'opposition de droite des Sables d'Olonne sont sortis avant l'examen du point 16 : le schéma de mutualisation. Il est vrai que vu l'importance de l'ordre du jour et la durée des échanges,  l'horloge tournait. Un élu avait même la faim douloureuse !

 

LES CHIFFRES DE CE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 

Intéressant ce point 1 de l'ordre du jour  mais un regard tourné plus dans le rétroviseur que  tourné vers l'avenir. 

Le Débat d'Orientation Budgétaire DOB est cette "formalité" que la loi impose avant le vote du budget. Il permet à tous élus et citoyens d'avoir une vue de l'évolution des finances de la collectivité concernée et permet aussi de fixer des objectifs financiers et donc d'exposer un programme.

 

Quelques chiffres

- Les dépenses réelles de fonctionnement qui croissent inéluctablement

2014 : 22 222 067 € soit + 13.9% par rapport à 2009.

avec particulièrement les frais de personnel + 32.8% entre 2009 et 2014.

On ne peut à la fois transférer et accroître des compétences à la CCO et s'étonner que les frais de fonctionnement croissent...il faudrait surtout se demander pourquoi les 3 communes aussi voient leurs frais de personnel continuer de croître autant !

- les recettes réelles de fonctionnement qui croissent moins vite

2014 : 26 146 730 €€ soit + 11% par rapport à 2009

 

Conclusions les recettes croissent moins vite que mes dépenses...en fonctionnement donc cela se répercute sur la capacité d'investir. L'épargne" diminue donc.

A noter aussi que les recettes de fonctionnement sont les impôts avant tout soit 77% contre 69% en 2009

- la dette croît : elle a doublé entre 2009 et 2014 où elle atteint : 20 millions d'euros avec bien sûr une annuité d'emprunt qui suit cette courbe ascendante comme la "capacité de désendettement" qui passe de 2,86 ans en 2009 à 5,9 ans en 2014...on passe du feu vert au feu orange.

 

- équipement et investissement : il est prévu 9 336 507 € pour 2014 avec principalement le complexe aquatique pour 6.3 millions d'euros et la crèche de l'Ile VERTIME pour près d'un million d'euros.

 

On regrette qu'il n'y ait pas de projection pour les années 2015 et suivantes comme cela se faisait habituellement. En fait, le débat a révélé la "panne" d'investissements nouveaux au niveau de la CCO.

Attendons le prochain conseil communautaire avec le vote du Budget Prévisionnel 2015.

 

LE DEBAT

La Communauté de Communes des Olonnes CCO A MAL A SES FINANCES

 

Ce débat a commencé par l'exposé de Joel MERCIER Vice Président de la CCO . Il a été marqué par des termes forts et inhabituels : prudence, seuil d'alerte, rendu, vigilance et solidarité des 4 collectivités...

C'est la faute à l'héritage baptisé "les coups partis" ! "La capacité à investir de la CCO est plombée par les décisions de la précédente mandature" :  la crèche, le complexe aquatique, les aménagements des locaux des services techniques, les transports urbains.

Cela fait dire à Madame Nicole LANDRIEAU (nouvelle gauche) qu'on a peut-être fait dans le luxe et fait part de sa "forte inquiétude" et revient encore sur le mauvais exemple du transfert de la compétence assainissement qui va coûter cher aux olonnais.

L'opposition socialiste (Les Sables d'Olonne et Olonne sur Mer) constate qu'à part l'achat d'un immeuble pour agrandir le siège de la CCO il n'y a aucun investissement nouveau. Monsieur Gérard MERCIER insiste sur les doutes qu'il a sur la gestion des ressources humaines au sein de la CCO. Il y a là certainement un levier pour faire des économies. Il pose la dure question : sur le plan financier la CCO va-t-elle dans le mur ?

Puisqu'il y a des difficultés financières l'opposition de droite de Château d'Olonne rappelle sa proposition de laisser une  part de la dotation dite de solidarité que la CCO reverse aux 3 communes à la disposition de la CCO.

Le Président indique que pour 2015 ce n'était pas possible suite à un compromis entre les 3 maires mais que dès 2016 cette option est retenue et en 2018 il n'y aura plus de reversement.

Il est aussi répondu que : 

- ...les réponses essentielles aux interrogations seront données dans le plan de mutualisation,

- il y a une bonne nouvelle : le chantier du VENDEOPOLE est ouvert...après 10 ans de difficultés,

- Monsieur Joël MERCIER n'hésite pas à dire "qu'il nous faudra transpirer"

- le Président conclut en disant que le Schéma de Mutualisation sera le levier de demain " pour sortir la CCO de la moïse qui est incontestée; Pour les critiques sur les choix passés : "on ne refait pas l'histoire"

 

une réponse sur laquelle nous qui suivons la CCO et ses problèmes de gouvernace depuis des années on pourrait épiloguer sur une gouvernance défaillante.

 

En fin de compte ce ne fut pas un débat sur les orientations budgétaires donc sur l'avenir  mais un débat sur une gestion passée où les responsables n'étaient pas tous là pour répondre.

Toujours est-il que les feux clignotants sont allumés.

 

 

 

A SUIVRE : UN SCHEMA DE MUTUALISATION...

 

Partager cet article

Repost0

commentaires