Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 09:21
La carte : dernière mouture aprés la navette parlementaire...encore un vote et c'est achevé...achevé quoi ? ...rien près

La carte : dernière mouture aprés la navette parlementaire...encore un vote et c'est achevé...achevé quoi ? ...rien près

Nous avions espéré : le mille-feuille s'envolant comme feuilles en automne...

 

 

Que l'on prennent les déclarations d'André VALLINI, ministre malheureux chargé de cette pseudo réforme ou celles des opposants de tous bords y compris de la majorité la seule chose acquise, sauf surprise de dernière minute, sera  l'adoption en dernière lecture de la carte de la France divisée en 13 Régions.

 

Pourquoi un échec ? 

1) une carte, n'est pas une réforme du mille-feuille : de ce côté là rien ne change,

2) la répartition des compétences entre communes, intercommunalités, départements, régions et Etat n'est pas revue : on fait une coquille : on n'y met rien dedans !

3) cette pseudo réforme a secoué de vieux démons, a mécontenté, a divisé la majorité gouvernementale  et n'apporte rien : c'est cela un échec .

 

Seul point positif si l'on peut dire : le précédent gouvernement FILLON avait supprimé la clause générale de compétence, le gouvernement AYRAULT avait rétabli cette clause, le gouvernement VALLS supprime à nouveau la clause générale de compétence : illisible, incompréhensible, incohérent.

Pour le reste de cette réforme nous vous livrons l'analyse d'un journal qui ne peut être soupçonné d'être de parti pris défavorble à un gouvernement de gauche à savoir le "nouvel observateur".

 

Extrait du n"ouvel observateur"

"L'écueil de la réforme territoriale

 

...Les réflexes du XXème siècle, comme vouloir imposer d’en haut une réforme ou un changement perdurent.

Ainsi prenons l’exemple de la réforme territoriale, enjeu important et potentiellement une source de simplification administrative et d’économies budgétaires.

Comment cela s’est-il passé ?

Dans un premier temps, on a abrogé la précédente réforme qui réduisait le nombre de régions et d’élus tout en supprimant l’échelon électoral du département. Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault réintroduit la clause générale de compétences pour l’ensemble des collectivités. "Amusez-vous chers élus, vous pouvez tout faire !" Idée qui saupoudre et engendre une complexité administrative folle et une irresponsabilité des acteurs.

Au fait, qui décide à la fin ?

 

Une décision d'officines

Fort de ce constat, le gouvernement de Manuel Valls s’engage dans une "vraie réforme territoriale" et que voit-on ?

Un président de la République qui réunit son premier ministre et ses ministres concernés pour dessiner la carte sur un coin de table. Cela a été fait dans la précipitation et sans explications...

 .

Le gouvernement évoque la simplification alors que cette réforme ne résout en rien le mille-feuille administratif !

Les maires ruraux expriment leur désarroi et se disent abandonnés.

On les comprend, on le serait à moins, puisque les réformes qui peuvent les concerner sont décidées au-dessus de leurs têtes sans leur avis.

Notre tissu administratif reste obsolète Cet "aménagement" territorial aurait pu être une vraie réforme emblématique du quinquennat de François Hollande, comme la décentralisation de Gaston Defferre adoptée en 1982 lors du premier septennat de François Mitterrand.

François Hollande n’a pas eu le courage d’affronter le débat avec les élus, les géographes, les forces économiques du pays...

Pourquoi le squelette administratif de ce pays date encore du Premier Empire alors que tout a changé ?...

La classe politique actuelle n’a pas encore compris que nous vivions au XXIème siècle.

C’est pourquoi les sans-grades manifestent car ils se sentent "abandonnés".

Le retour du cumul des mandats n'y changerait rien.

Alors que les révolutions technologiques sont réalisées pour faciliter la vie quotidienne des entreprises et des citoyens, l’État et les administrations locales en France s’échinent à complexifier les process par peur de perdre la main et donc un peu de pouvoir.

Il y de quoi être atterré par les derniers propos de Nicolas Sarkozy et de François Baroin qui demandent un retour du cumul des mandats.

Un vrai retour au XXème siècle !

Comment faire croire aux électeurs qu’un élu national serait "hors-sol" avec les technologies de l’information sans avoir un mandat exécutif local.

Pourquoi serait-il moins au fait des choses que celui qui cumule et qui n’a pas le temps de tout traiter et de tout voir ?

Au contraire, l’élu national pourra aussi s’informer de ce qui se passe dans d’autres territoires et n’aura pas le nez dans le guidon de sa propre collectivité.

Cette révolution des élus et de l’administration est indispensable pour que notre pays se remette sur les bons rails.

Et ils n’en prennent pas le chemin, malheureusement ! "

 

Nos parutions vous intéressent Blog :

www.olonnes.com ABONNEZ-VOUS …

pour être avisés de chaque nouvel article mis en ligne ABONNEZ-VOUS…

pour ce faire (dans le cas où vous ne l'êtes pas encore) :

Inscrivez-vous à la NEWSLETTER : vous recevrez une « alerte » qui vous permettra par un simple clic d’accéder à tout nouvel article dès sa parution.

C’est gratuit, confidentiel, sans engagement et un simple « clic » aussi vous permet de vous désabonner.

Merci de votre confiance : toutes remarques suggestions, critiques sur nos parutions sont les bienvenues .

Mode d’emploi

1) Allez sur la page d’accueil du blog en cliquant (clic +CTRL) sur www.olonnes.com

2) Puis allez dans la case NEWSLETTER (à droite en dessous des rubriques « ARTICLES RECENTS » et « PAGES ») : indiquer votre adresse mail et cliquer sur « abonner »…

 

Partager cet article

Repost0

commentaires