Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 15:04
REFORME TERRITORIALE : nouveau point sur son état de santé, très malade ?

UNE REFORME TERRITORIALE SANS FONDEMENTS SOLIDES AVEC PLUS D'EXCEPTIONS QUE DE REGLES, SANS UNE REPARTITION DES COMPETENCES CLAIRES.

UNE REFORME TERRITORIALE BROUILLON

voir aussi

 

Il n'y a pas de jour sans que le mini projet de miniforme territoriale ne soit égratigné, revu, recorrigé même la première base le redécoupage des REGIONS est revu. C'est la concertation nous dira-t-il mais comment se concerter sérieusement sur un projet à géométrie varaible ?

Un analyste décrit les " 9 étapes qui ont rendu la réforme territoriale illisible ! "

L'Alsace était  en train de gagner son pari d'unification de ses deux départements (moins sûr que cela aprés le discours du Premier Ministre devant les sénateurs).

Le Premier Ministre lâche du lest face à la fronde des Présidents de Régions (tous socialistes sauf un).


C'est une cacophonie de motions départementales, de déclarations contradictoires des ministres, de prises de position des Présidents de Régions.

Lors de son intervention au Sénat Manuel VALLS n'a rien lâché sur la carte et n'a pas répondu à la question de fond posée par François Zocchetto, président du groupe centriste

«Redécouper les régions avant de savoir ce qu'elles vont faire est un non-sens»

 

Jacques LEVY un spécialiste de la question de la "géographie politique" donne quelques leçons de bon sens.

Il fallait partir du local pour aller vers les régions et non l'inverse. L'urbanisation généralisée et l'explosion des mobilités ont changé la donne.

 

"1) La commune doit être remplacée par des territoires locaux pertinents, correspondant, en gros, aux espaces de vie des habitants, c'est-à-dire la ville, la banlieue et le périurbain ensemble. Voilà au moins un aspect qui correspond à la démarche qui devient exemplaire entreprise au Pays d'Olonne(sauf peut-être celle de la commune isolationniste de Château d'Olonne)NDLR.

2) Une fois ce travail effectué, on pourrait regrouper ces "intercommunalités" à l'échelle de nouvelles régions, sans se soucier des découpages administratifs existants. Ainsi, dans l'Aisne : au sud, Villers-Cotterêts fait partie de l'aire urbaine de Paris tandis qu'au nord, Hirson jouxte la frontière belge.

Sous quels critères suivre pour rassembler ces intercommunalités en régions?

Selon moi, il y en a deux.;

1) En premier lieu, il faut observer les ressources objectives : universités, entreprises de pointe, lieux de création, hubs de mobilité, etc. En général, ces points forts se trouvent dans les grandes villes : on peut donc construire des régions autour de Lyon, Toulouse, Bordeaux ou Lille...

2) Mais il faut aussi tenir compte des ressources subjectives, c'est-à-dire de l'identification des habitants à un territoire."

 

Le Premier Ministre parle de mars 2015  pour boucler sa réforme territoriale et se tait désormais sur le sort réservé aux départements où la "réflexion" se poursuivra jusqu'à 2020 soit à la date des calendes  grecques !...jusqu'à cette échéance il en aura coulé de l'eau sous les ponts et des élections dans les urnes à commencer par celles de mars 2015...élections départementales... et décembre 2015 celles des régions(en attendant que, même pour ces dates, cela change encore ?).

 

Reviendra-ton à une réforme globale, équilibrée ?...en un mot la fin du mille feuille et une France moderne avec des compétences justement réparties et une décentralisation avec équilibre des pouvoirs et contre-pouvoirs.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires