Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 17:01
LES SABLES D'OLONNE : conseil municipal du 22 septembre 2014

Ce lundi 22 septembre 2014 se tenait en mairie des Sables d'Olonne le conseil municipal de rentrée. Pas moins de 31 points à l'ordre du jour.

Mais pas de quoi révolutionner la vie aux Sables d'Olonne.

 

 

Pourtant les deux oppositions désunies de droite et de gauche ont fait l'impossible pour donner un peu de vie au débat.  

Cela a commencé par les élus d'opposition de gauche lors de l'approbation du procès-verbal du dernier Conseil Municipal. Monsieur Gérard MERCIER a fait du "hors ordre du jour " en posant une question au sujet d'un conseiller municipal qui brillait par son absence...peut-être pour raisons professionnelles, a-t-il ajouté posant ainsi la question et donnant peut-être la réponse. Hors ordre du jour.. le maire Didier GALLOT ne déroge pas à la règle : pas de réponse.

Cela ne décourage pas Monsieur  Gérard MERCIER qui déplace le débat sur les candidat et candidate aux élections sénatoriales avec une petite allusion au cumul des mandats. Il vise Armel PECHEUL et la première adjointe Brigitte TESSON. Quid de leur statut aprés les élections(sous-entendu "s'ils sont élus") ?. 

Le maire ne peut que répondre d'attendre le résultat des élections (le 28 septembre prochain) .Logique !

 

Monsieur Yves ROUCHER revient un peu sur scène. Décidément, il y a autour de lui par les temps aui courent du parfum de contentieux. Après le contentieux électoral, un contentieux plus personnel. Il estime avoir été diffamé dans un tract lors de cette dernière campagne électorale et il demande "la protection fonctionnelle d'un élu". La protection ne s'exerce pour un élu que pour des faits liés à sa fonction.

Etait-il en fonction lors de cette campagne ?  Le maire n'a pas lu le texte.

Rappelons que Yves ROUCHER était Premier adjoint au maire des Sables d'Olonne sous la précédente mandature et vice-Président de la Communauté de Communes des Olonnes.  Le Conseil Municipal unanimement vote la délibération permet à Yves ROUCHER de faire prendre en charge par la commune  ses honoraires d'avocat (célèbre avocat parisien) dans la procédure qu'il a initiée.

Pourquoi pas ?

 

Animation imprévisible...et  la fusion des communes s'invite au débat

Il a fallu attendre la question 7 pour que s'ouvre un débat qui vire vite à la polémique et où l'observateur s'interroge. Il s'agissait de la "taxe sur les consommations finales d'électricité "

La commune des Sables d'Olonne a fixé son taux tout seule...sans tenir compte du bénéficiaire le SYDEV et de ses besoins financiers

SYDEV...Syndicat Départemental d'Energie et d'Equipement de la Vendée cher à Loïc PERON  qui est l'intervenant pour l'opposition de "droite" ancienne majorité. Mais aussi sans tenir compte des votes des deux autres communes du Pays d'Olonne. Il y a sur ce point "un décalage à un moment où on va faire la fusion"

Le maire n'apprécie pas le ton de l'interrogation adressée à la  conseillère  qui a en charge le dossier. Il va plus loin et cela n'est pas pour déplaire à certains en indiquant qu'il pourrait se pencher sur les comptes de ce Syndicat.

Si des élus sérieux se mettent sérieusement à étudier et juger  la gestion des syndicats départementaux et autres, nous pouvons espérer un assainissement des finances locales au moins sur un point !

L'opposition de droite s'abstient et se plaint des difficultés qu'elle a à poser des questions sans tomber dans la polémique !

 

La fusion, l'intercommunalité et la mutualisation s'invitent encore au débat

L'ordre du jour comportait en son point 8 un achat presque anodin de matériel à remplacer :  une balayeuse et une moto crotte.

Et là c'est l'opposition de gauche par la voix de Monsieur Gérard MERCIER qui s'interroge si ce type d'opération ne devrait pas entrer dans le cadre de la mutualisation des moyens entre les 3 communes du Pays des Olonnes.

Il n'est pas répondu à l'élu au fond puisque ces achats sont spécifiques à la ville tant pour le moto-crotte que pour la balayeuse de petit format pour passer dans les rues étroites de la ville des Sables d'Olonne.

Pour notre part nous sommes plutôt satisfaits de voir que gauche et droite ont des réflexes fusionnistes !

Les nombreuses subventions ont été accordées à l'unanmité quasiment sans débat. La première adjointe fait part de la réflexion engagée sur les modalités d'attribution des subventions à l'avenir.

 

Bouquet final  : un terrain sans valeur vendu à un particulier, débat dans la confusion

Le sujet avait fait l'objet d'un débat lors du précédent conseil.

Ce terrain situé en zone naturelle, donc inconstructible quasiment enclavé peut être vendu à un voisin. Les photos montrent bien l'état du terrain devenu annexe de déchetterie...ce qui est un paradoxe pour un terrain quasiment inaccessible !

Pour l'opposition de  droite, Loic PERON monte au créneau; "l'intérêt général doit l'emporter sur l'intérêt particulier."...on brade le domaine municipal, on crée un précédent et sur quels critères cette vente ?

Geoffroy de BAYNAST adjoint à l'urbanisme a bien préparé ses munitions :

Il arppelle les 4 critères fixés par la commission en faveur de la vente :

- le terrain n'est mitoyen avec aucun autre terrain municipal,

- l'enclavement est total,

- il ne présente aucun intérêt d'ordre général,

- son coût d'entretien est exorbitant compte tenu de son enclavement.

Pour gagner la partie l'adjoint à l'urbanisme sort une carte maîtresse en présentant des terrains voisins vendus par la précédente municipalité et fait référence aux délibérations présentées alors par le même Loïc PERON.

Nous avons cru entendre l'expression" l'arroseur arrosé ! "

On passe au vote;.

Et là ...bonne surprise l'opposition de gauche rejoint l'opposition de droite . monsieur Gérard MERCIER ne veut pas d'une telle "urispridence" et demande un vote à bulletin secret...sauf que le coup n'était peut-être pas bien préparé.
 

En effet, pour demander un vote à bulletin secret selon le réglement intérieur  de la commune, le demandeur doit recueillir sur sa proposition l'accord du tiers des élus...pas de défection côté majorité et le vote à bulletin secret est écarté...la majorité vote seule la délibération.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires